Aller au contenu principal
x
Date de début de l'événement
Date de fin de l'événement

Le 18 février 2020, la Maison du développement durable présente le panel «VERS UNE SOBRIÉTÉ NUMÉRIQUE, UN GÉANT DERRIÈRE LA SOURIS? » organisé par le Collectif Communication Citoyenne, une initiative du Réseau des femmes en environnement.

CONTEXTE

Les technologies numériques font maintenant partie intégrante de la vie quotidienne. Elles sont indissociables de toute stratégie de communication et d’une grande efficacité pour joindre divers publics. Le numérique se traduit aussi actuellement par la présence des utilisations de l’intelligence artificielle (IA) — qui désigne toute technologie qui remplace le jugement humain — dans des domaines très diversifiés. Un avenir qui se dessine florissant pour le numérique mais dont les impacts environnementaux et sociaux demeurent relativement peu connus. Selon un rapport de l’OCDE, on prévoit que 50 milliards d’objets seront connectés en 2020, et 100 milliards en 2030 ! On estime que le numérique (depuis sa fabrication jusqu’à son utilisation) émet autant de gaz à effet de serre que l’aviation, sa part ayant augmenté de moitié depuis 2013, passant de 2,5% à 3,7%. Les impacts se font aussi sentir dans le domaine énergétique et sur les ressources en eau (ex. fabrication des équipements, refroidissements des centres de données). Le risque est donc réel de voir se réaliser un scénario dans lequel des investissements massifs dans le numérique et l’IA aboutiront à une augmentation de leur empreinte environnementale et carbone sans compter les enjeux sociaux et éthiques. C’est ce que constate le rapport Lean ICT - pour une sobriété numérique - de The Shift Project . Face à cette situation, il existe différentes initiatives visant à réduire les impacts du numérique et de l’IA et à les mettre au service de l’efficacité énergétique et de la préservation de l’environnement de façon éthique (dont Collectif Conception Numérique Responsable (France), Déclaration de Montréal pour le développement responsable de l’IA, initiatives sur les TIC durables, Pôle techno Planète vivante WWF, etc.).

PARMI LES QUESTIONS ET THÈMES ABORDÉS

Comment rendre la transition numérique plus sobre et éthique ? Le numérique et l’IA peuvent-ils venir au secours du développement durable?

Dans le contexte du foisonnement des start-ups numériques dans des domaines diversifiés, quels outils avons-nous besoin pour y faire face ?

Du point de vue éthique et de la qualité de vie, outre les questions de confidentialité, de protection des données ou libertés individuelles, une autre question peut s’avérer déterminante : à quels modes de vie, sommes-nous en train de nous résoudre sans nous en rendre compte ?

LE PANEL

Christophe Abrassart, Centre de recherche en éthique, Université de Montréal et Observatoire international sur les enjeux sociétaux de l’intelligence artificielle et du numérique (à confirmer)

Charles Despins, Directeur de la recherche et des partenariats, École de technologie supérieur et co-président de l’initiative «IEEE pour les tics durables» (IEEE Sustainable ICT)

Alliance pour une gestion informatique techno-responsable Québec - AGIT Québec (intervenant à venir)

Sophie Paradis, Directrice générale, Fonds mondial de la nature du Canada (WWF Canada)

DURÉE : 1h 30

Inscription à venir